Quelques indications sur le métier de vétérinaire

 

Vétérinaire

 

Ville ou campagne, le quotidien d'un vétérinaire est très différent selon son lieu de travail et sa clientèle. La majorité des vétérinaires soignent aujourd’hui des animaux de compagnie. En ville, ses clients principaux sont des chiens et des chats, mais aussi des rongeurs, oiseaux et toutes sortes d'animaux exotiques parfois très à la mode. A la campagne, ce sont des animaux d'élevage : bovins, ovins, caprins, porcins, animaux de basse cour qui bénéficient de ses soins.

 

Description des tâches / Conditions de travail

 

Dans les cliniques vétérinaires, le rôle du professionnel consiste à prévenir les maladies, à soigner, à opérer. Presque toutes les consultations ont lieu dans le cabinet. En zone rurale, c'est radicalement différent : le vétérinaire travaille essentiellement dans le secteur de l'élevage. Il intervient sur site dans les élevages eux-mêmes et les fermes, soit au cours de campagnes systématiques, soit à la demande expresse de l'éleveur. Prévenir les maladies, améliorer la croissance des cheptels de bœufs, moutons, porcs, ou chevaux dans les haras, voilà son quotidien. Aux côtés de l'éleveur, le vétérinaire gère aussi bien les questions d'hygiène et de nutrition que de productivité et de rentabilité. A la campagne, la pratique exige donc beaucoup de déplacements et de disponibilité.

 

En tant que salarié de l'industrie agroalimentaire, le vétérinaire participe à l'élaboration de nouveaux produits destinés à la consommation humaine ou animale. Dans les laboratoires pharmaceutiques il intervient comme spécialiste dans la fabrication de médicaments mais aussi au niveau de leur commercialisation.

 

Le vétérinaire peut travailler à son compte dans un cabinet privé ou être salarié dans les industries agroalimentaires ou pharmaceutiques. Il peut aussi être fonctionnaire car l'État recrute des vétérinaires par le biais du ministère de l'agriculture et de la pêche.

 

Salaires / Revenus

 

Comme pour d'autres professions libérales, les revenus du vétérinaire dépendent de sa notoriété et donc de l'importance de sa clientèle. Les débuts peuvent être difficiles et le jeune véto débutant ne gagne parfois guère plus que le SMIC ( 1280 euros brut par mois ). Sa situation s'améliore au fur et à mesure. En règle générale le vétérinaire établie à son compte qui gagne bien sa vie.

 

Évolution professionnelle

 

Comme les médecins, les vétérinaires travaillent en grande majorité à leur compte. Mais dans les grandes villes, le marché est presque saturé. Beaucoup de jeunes vétérinaires démarrent donc par des remplacements puis s'associent avec un vétérinaire déjà en place.

 

Études / Formations

 

Quatre écoles forment les vétérinaires. Ces écoles nationales vétérinaires situées à Maison-Alfort, Lyon, Nantes et Toulouse, recrutent sur concours après une classe préparatoire vétérinaire ou plus rarement après un diplôme universitaire ou technologique. Les études durent quatre ou cinq ans selon le niveau des candidats à l'entrée. Les élèves admis au concours sont répartis entre les quatre écoles en tenant compte de leur classement et du nombre de places offertes dans les écoles. Les candidats sont bien plus nombreux que les places offertes dans les écoles ! Bien sûr, l'amour des animaux ne suffit pas et pour réussir, vous devez donner la preuve que vous maîtrisez le raisonnement scientifique et que vous êtes capable d'intégrer une grande quantité de connaissances scientifiques et autres. Comme on peut s'y attendre, la biologie est la matière clé des concours, suivie de la chimie et du français. En fin de parcours les vétos peuvent préparer des spécialisations en un an : chirurgie des animaux de compagnie, médecine interne des animaux de compagnie, élevage des animaux de compagnie, etc.

 

On peut distinguer deux sortes de vétérinaires : le vétérinaire urbain et rural. Le premier, dit plutôt « canin », travaille en ville et consulte en cabinet. Il peut aussi être appelé à domicile pour des urgences. Son travail consiste alors le plus souvent à soigner des petits animaux de compagnie (chats, oiseaux, chiens...). Comme un médecin, il opère, administre des vaccins, prescrit des ordonnances et conseille les maîtres sur l'alimentation de leurs animaux. Le vétérinaire rural, lui, exerce à la campagne comme son nom l'indique. Certains soins étant maintenant assurés par les exploitants agricoles eux-mêmes, le vétérinaire évolue alors vers une intervention plus globale orientée vers la prévention. Elle inclut le suivi sanitaire, le suivi de fécondité ou des conseils concernant l'alimentation. Il se charge aussi de définir et mettre en œuvre les conditions optimales d'élevage des animaux.

 

Dans l'industrie, le vétérinaire crée des médicaments vétérinaires ainsi que des aliments pour animaux. Enfin, certains peuvent avoir pour mission de veiller à la protection de la santé publique : contrôle sanitaire des importations, inspection des denrées d'origine animale... Le vétérinaire est aussi un professionnel de toutes les filières de productions animales et de la santé publique, de la protection des animaux, de la protection de l'environnement et de la biodiversité des espèces.

 

Profil : une solide formation scientifique, un intérêt pour l'évolution des technologies qui évoluent de jour en jour, des facultés d'observations, une résistance physique et morale, de l'habileté manuelle et le sens de la communication.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×