Blog

Durée d'une grossesse et comment le savoir ?

 

Comment savoir si sa chienne est enceinte ?

 

Ses mamelles grossissent, elle dort souvent ensuite son ventre devient arrondis et elle fini sans cesse par se reposer en se couchant sur le côté qui montre qu'elle est prête à mettre bas dans à peu près les deux semaines à venir.

 

 

Combien de temps dure la grossesse d'une chienne ?

 

La grossesse d'une chienne ( ou plutôt la gestation ) dure environ deux mois, soit plus exactement entre 56 et 68 jours.

Pour savoir quand la mise bas va avoir lieu, il y a plusieurs possibilités : Vous pouvez observer votre chienne et si elle devient inquiète et nerveuse, si du lait apparaît aux mamelles, cela ne devrait pas tarder. Il est aussi possible à la maison de prendre la température matin et soir à partir du 55ème jour. Dès que la température de la chienne s'abaisse de un degré par rapport à la moyenne constatée, la naissance des chiots s'annonce. Le suivi de la gestation est très important.

Vous ferez faire ce suivi chez le vétérinaire, à partir du 45ème jour grâce à une radiographie qui permet de voir le squelette des chiots. Le vétérinaire vérifie les foetus pour connaître l'avancée du développement. Il vérifie également la taille des foetus pour savoir si elle est compatible avec le bassin de la mère. Si ce n'est pas le cas, il prévoira une césarienne ( le plus important inconvénient ).

De bonnes dents !

 

X Santé animale : De bonnes dents pour votre chien !

 

Veiller à la santé dentaire de votre chien, c'est contribuer à allonger son espérance de vie heureuse à vos côtés ! Pour ce faire, 2 règles d'or : croquettes et brossage !

 

1) Les 42 dents du carnivore

 

Dès l'âge de 4 mois, les dents de lait de votre chiot commencent à faire place aux dents d'adulte. Ainsi, à 4, 5 mois, il possède en général déjà ses incisives d'adulte, les canines sortant quant à elles à 5 mois. Les prémolaires et les molaires apparaissent dès 6 mois et à l'âge de 7 mois, la dentition d'adulte complète est en place, votre chien possède alors ses 42 dents de carnivore. Dès ce moment, il est important d'en prendre soin afin d'éviter des problèmes de santé dentaire ultérieurs.

 

2) Le tartre, ennemi des dents

 

Lors de chaque repas, il se forme un dépôt d'aliments sur les dents de votre chien. Les bactéries se servent de ces débris alimentaires pour se multiplier et forment un film que l'on appelle plaque dentaire. Cette plaque, invisible à l'œil nu, sert de support à la croissance d'autres bactéries et provoque l'apparition de tartre. S'il demeure sur les dents, ce tartre va provoquer une inflammation de la gencive qui va rougir et enfler.

 

A ce stade, le seul traitement possible consiste en un détartrage qui se pratique chez le chien sous anesthésie générale. Si le détartrage n'est pas réalisé, le tartre va peu à peu s'attaquer aux ligaments reliant les dents à la mâchoire, provoquant leur déchaussement et leur chute. Des abcès dentaires peuvent également se former et parfois l'infection peut secondairement gagner d'autres organes tels que par exemple le cœur ou le foie. Tous les chiens sont sujets au développement du tartre mais certaines petites races prédisposées à une progression rapide de ce fléau. Il s'agit notamment des bichons, yorkshires et caniches.

 

3) Reconnaître les signes de mauvaise santé dentaire

 

La mauvaise haleine est souvent un signe d'appel de mauvaise santé dentaire, même si elle peut avoir beaucoup d'autres causes ( digestion difficile... ).

 

En outre, la gingivite causée par le tartre est un phénomène inflammatoire douloureux. La douleur peut se manifester par une salivation excessive, des difficultés à croquer les aliments et à un stade plus sévère, un refus pur et simple de s'alimenter. Enfin, lorsque l'on soulève les babines du chien, le tartre se visualise facilement. Il s'agit d'un dépôt brunâtre apparaissant souvent dans un premier temps sur la face externe des molaires et à la base des canines.

 

4) Croquettes et brosse à dents

 

Afin de préserver les dents de votre ami canin, deux règles d'or sont à observer.

La première consiste à lui offrir une alimentation à base de croquettes sèches qui auront une action mécanique de nettoyage des dents lorsqu'elles seront croquées. La seconde consiste en l'élimination quotidienne de la plaque dentaire via un brossage des dents à l'aide d'un dentifrice canin au goût de viande. Pour rendre ce soin dentaire plus facile, il est important d'y habituer le chien dès son plus jeune âge ! A défaut, il existe des moyens de nettoyage des dents moins efficaces mais jamais inutiles : le commerce propose en effet des lamelles, bâtonnets et os en peau de bœuf à mâcher ainsi qu'une solution désinfectante à mélanger quotidiennement à l'eau de votre chien.

Un animal pour Noël, bonne idée ou pas ?!

 

IX Un animal pour Noël... est-ce bien raisonnable ?

 

Réfléchissez bien ! Un animal, aussi mignon ou original soit-il, n'est pas un jouet ! Par ailleurs, il implique des engagements profonds et durables ( affectifs, matériels... ). Quant aux nouveaux animaux de compagnie ( espèces moins habituelles et plus exotiques ), ils comportent en plus des risques domestiques et sanitaires.

 

1) Qu'est-ce qu'un NAC ?

 

Les nouveaux animaux de compagnie ( NAC ) désignent des espèces moins conventionnelles et souvent plus exotiques, voir rares, comme certaines espèces d'oiseaux, de rongeurs, de poissons, de reptiles, d'amphibiens, d'insectes, d'araignées, mais aussi des cochons, des fennecs, des singes, etc.

Très originaux, les NAC proviennent d'élevages spécialisés ou bien ils sont capturés directement dans la nature avant d'être exportés.

 

2) Trois bonnes raisons pour ne pas acheter, ni offrir, un nouvel animal de compagnie ( NAC )

 

Qu'il s'agisse de faire plaisir à un enfant ou de surprendre un adulte, voici trois bonnes raisons de ne pas offrir un NAC.

 

a)- Les conditions de vie offertes aux NAC ont inadéquates. Elles ne peuvent satisfaire leurs besoins élémentaires ( alimentation, activités, vie sociale, température, hygrométrie... ).

 

b)- Les NAC présentent des risques sanitaires et domestiques. Morsures, griffures, voir comportements dangereux, agressivité, impossibilité de dressage, etc. Ils peuvent également transmettre à leur propriétaire et à leur entourage toutes sortes de germes et de maladies inhabituelles ( virus, bactéries, champignons, venins... ). Ces germes peuvent aussi se révéler très dangereux pour l'écosystème.

 

c)- Ils représentent également un danger pour la biodiversité lorsqu'ils sont relâchés dans la nature ( exemple : écureuil de Corée ou tortue de Floride ).

L'implantation de nouvelles espèces s'accompagne d'un risque de déséquilibre des écosystèmes. Les NAC, abandonnés dans la nature par leur propriétaire ( lassitude, animal malade, dangereux, trop gros, difficultés de garde... ), se retrouvent dans un milieu auquel ils ne sont pas adaptés. Et s'ils survivent, c'est souvent au détriment des espèces locales.

 

Alors un conseil, résistez aux « marchandises » proposées dans les animaleries, dont le marché très lucratif repose pour une bonne part sur l'exportation d'espèces exotiques. N'achetez pas non plus sur Internet ou ailleurs des NAC.

 

Si vous souhaitez acheter un animal de compagnie, visitez un refuge, chiens et chats sont des animaux bien domestiqués qui répondent à l'harmonie de notre mode de vie.

 

Ceci étant dit, s'il s'agit de faire un cadeau à un enfant, à un adolescent ou même à un adulte, réfléchissez bien. L'immense bonheur de leur compagnie s'accompagne inévitablement de nombreuses contraintes qu'il ne faut pas négliger. Adopter un animal est un engagement important qu'il faut pouvoir assumer parfois pendant plus d'une quinzaine d'années...

Des recommandations contre la rage !

 

VIII Contre la rage, les recommandations sont très strictes

 

Deux cas de rage chez des chiens ont été signalés en France en février puis en avril. Par mesure de précaution, les personnes ayant été en contact avec ces animaux ont été traitées préventivement. Le point sur cette maladie mortelle,comme vient de le rappeler le décès le 27 Mai dernier, d'un homme vivant en Guyane.

 

1) Trois alertes à la rage en France, en trois mois

 

Le 26 Février 2008, un cas de rage chez une chienne dénommée Cracotte a été identifié. Toutes les personnes et les animaux ayant été en contact avec Cracotte ont été orientés vers un centre antirabique afin de bénéficier d'un traitement vaccinal post-exposition ( 150 personnes ). Après enquête, ce cas de rage aurait pour origine un chien importé illégalement en France.

 

Le 21 Avril 2008, une chienne nommée Lugy, importée illégalement de Gambie, est décédée de la rage. Là encore, une vingtaine de personnes ayant eu un contact rapproché avec cet animal ont été traitées préventivement par vaccination antirabique.

 

Le 27 Mai 2008, c'est un homme habitant la Guyane qui est décédé de la rage. Mais dans ce dernier cas, la souche virale à l'origine de l'accident est celle d'un virus classique de chauve-souris.

 

2) La rage, une maladie virale mortelle

 

Le virus de la rage est présent dans la salive. Il se transmet lorsqu'un animal enragé mord ou lèche un autre animal ou une personne. Dans ce 2e cas de figure, le virus ne pouvant pas traverser la peau, il ne peut pénétrer dans l'organisme que si le sujet est léché au niveau d'une lésion cutanée.

Le virus migre alors dans les muscles puis, via le système nerveux, atteint le cerveau. Le temps d'incubation est généralement long : il faut compter en moyenne un à deux mois avant que la rage ne se déclare. On a toutefois aussi observé des périodes allant de quelques jours à un an.

 

Le virus se concentre d'abord dans les muscles et migre. Le temps d'incubation, c'est-à-dire la période se déroulant entre la contamination et les premiers symptômes, dépend de la distance que le virus doit parcourir pour atteindre le système nerveux central.

Au début, les symptômes sont peu caractéristiques : fièvre, diminution de l'appétit, nausées, vomissements et maux de tête. Ensuite, les patients se plaignent de crampes, de paralysie ou de convulsions. Il peuvent se montrer hébétés ou inversement agressifs. La moitié des personnes contaminées présentent des spasmes au niveau des muscles de la déglutition et du cou.

Simultanément à l'augmentation de la production de salive, on observe une formation d'écume autour de la bouche. Au stade ultime, la victime sombre dans le coma, puis décède à la suite d'un arrêt respiratoire et de problèmes cardiaques.

Le vaccin administré le plus rapidement possible après la contamination en est l'unique traitement. Sans cela, la rage est toujours mortelle.

 

3) En pratique

 

Les conditions d'importation des animaux de compagnie sont très strictes :

Vaccination antirabique en cours de validité, vérification de l'efficacité de la vaccination 30 jours après la vaccination et 3 mois avant l'importation ( titrage des anticorps antirabiques ), certificat médical sanitaire si voyage dans l'Union européenne sinon passeport pour animal de compagnie.

 

Les recommandations en cas de morsures :

Tout animal ayant mordu une personne doit être présenté à un vétérinaire dans les 24 heures suivant la blessure. L'animal doit faire l'objet d'une surveillance pendant 15 jours afin de déterminer si l'animal était enragé et donc si la personne blessée doit bénéficier ou non d'une vaccination antirabique.

 

Ces recommandations sont également valables en cas de griffure ou de léchage sur une plaie.

Un animal qui se montre inhabituellement agressif ou, au contraire, trop peu farouche, doit être considéré comme suspect. Il ne faut pas s'en approcher et ne pas le caresser.

D'une façon générale, à l'étranger, ne caressez pas les animaux et ne vous laissez pas lécher.

En voiture tout le monde s'attache...même les animaux

 

VII Ceinture de sécurité : On attache tout le monde en voiture… même le chien !

 

A l'avant comme à l'arrière, les adultes, les enfants et les animaux, en particulier les chiens, doivent être correctement attachés en voiture. Pour se protéger soi-même, bien sûr, en cas d'accident, mais également pour protéger les autres !

 

1) Les animaux aussi bouclent leur ceinture de sécurité en voiture !

 

Il existe des systèmes d'attache, sortes de ceinture de sécurité spécialement adaptées pour protéger les animaux en cas d'accident de voiture. Ces équipements pour animaux sont en vente en grande surface ou dans les magasins spécialisés aux prix d'environ 5 à 10 euros.

 

Mais le fait d'attacher son animal à l'intérieur de la voiture présente deux autres intérêts non négligeables :

 

A) Ceinturer son animal l'empêche de circuler dans l'habitacle et de venir gêner le conducteur, ce qui limite le risque d'accident.

 

B) En cas d'accident de voiture, un animal attaché diminue les risques pour les autres. En effet, en cas de choc à 50 km/h, un chien de 50 kg non attaché se transforme en projectile de 500 kg dans l'habitacle.

Il n'est pas inutile de rappeler que ce phénomène est valable pour tout passager à l'arrière. Autrement dit, une personne assise à l'arrière qui ne boucle pas sa ceinture de sécurité met davantage en danger la vie des personnes installées à l'avant du véhicule. Selon une étude de la Sécurité Routière publiée en février 2008, un passager arrière non attaché multiplie par 5 le risque d'être tué des passagers à l'avant en cas d'accident !

 

2) Exigez que tout le monde, sans exeption, boucle sa ceinture dans votre voiture !

 

De quoi exiger sans concession que toute personne s'attache à l'arrière de votre véhicule : amis, conjoints, parents, enfants, collègues, etc. De la même façon, attachez-vous systématiquement lorsque vous montez en voiture, et même à l'arrière d'un taxi !

Pour les moins altruistes, sachez que le fait d'attacher sa ceinture de sécurité à l'arrière diminue le risque d'accident mortel de 44%. Mais il existe de grandes variations selon l'âge et le sexe : les enfants de moins de 2 ans ont un risque accru de 70% par rapport aux adolescents, les personnes agées voient leur risque multiplié par 4 par rapport aux adultes jeunes et enfin les femmes ont un risque plus élevé de 28% comparativement aux hommes.

 

3) Aucne dérogation pour les femmes enceintes !

 

Quant aux femmes enceintes, elles ne bénéficient d'aucune dérogation ! Les risques pour l'enfant à naître sont bien plus importants lorsque la ceinture de sécurité n'a pas été attachée : 80% des femmes enceintes non attachées risquent de perdre leur bébé, un accouchement prématuré ou des complications, contre 29% des femmes ayant pris soin d'attacher leur ceinture, malré la gêne et la peur de blesser le foetus. Enfin, lors d'un accident à une vitesse de 30 km/h, les risques de perdre le foetus en cas de ceinture non attachée s'élèvent à 70%, contre 12% pour les femmes ceinturées.

Potégez votre chien !

 

VI Santé animale : Vous aimez votre chien ? Protégez-le !

 

Grâce à des méthodes de préventions simples, il vous est possible de protéger efficacement votre chien contre de nombreuses maladies virales, parasitaires et bactériennes. Il profitera dès lors d'une existence longue et confortable à vos côtés !

 

1) Vaccinations et vétérinaire

 

Une vaccination annuelle de votre chien permet de le protéger contre des virus et bactéries. En plus de cette protection, la visite régulière chez le vétérinaire permet de procéder à un check-up complet de l'animal afin de détecter au plus tôt un éventuel trouble de la santé.

Les vaccins permettent de prémunir votre ami contre les virus de la maladie de carré, l'hépatite infectieuse du chien, la parvovirose, le virus parainfluenza ( l'un des agents de la toux de chenil )et la rage. Les agents bactériens responsables de la toux de chenil ( bordetella bronchiseptica ) et de la leptospirose peuvent également être prévenus par une vaccination.

Lorsque votre chien vit ou doit se rendre dans des régions à risques, il est également possible de le vacciner contre l'infection par un parasite des globules rouges ( babesia ) responsable de la piroplasmose.

 

2) Pipettes anti-parasitaires : un geste simple mais indispensable !

 

Plusieurs pipettes anti-parasitaires existent pour votre chien. Elles n'ont pas toutes le même spectre d'action et la même efficacité ( effet répulsif ou non ). Votre vétérinaire vous conseillera la pipette la mieux adaptée au mode de vie de votre ami. La plupart des pipettes protègent votre chien contre les puces, responsable d'allergie cutanée et de la transmission de vers intestinaux. Certaines pipettes ont également une action anti-tiques. Ces parasites, en fonction de la région dans laquelle ils se trouvent, peuvent transmettre plusieurs maladies dont la maladie de lyme, la piroplasmose et l'ehrlichiose. L'usage de pipettes ne dispense pas de la vérification de la présence d'éventuelles tiques sur la peau de votre chien après chaque promenade. Enfin, quelques pipettes ont également un effet répulsif contre les phlébotomes ( moustiques vivant dans les régions du Sud de l'Europe, en Asie, Afrique et Amérique du Sud ). Ces derniers peuvent transmettre à votre chien la dirofilariose ( vers cardiaques ) et la leishmaniose.

 

3) La chasse aux vers intestinaux

 

Les vers intestinaux se transmettent via l'ingestion de selles infectées, puces présentes dans le pelage, petits rongeurs et aussi de la mère à ses chiots via le placenta ou le lait. Il existe deux catégories de vers différent notamment par leur aspect extérieur : certains sont cylindriques ( toxocara, ankymlostomes, echinoccocus ). Tous ces vers peuvent être prévenus ou éliminés par l'administration de vermifuges sous forme de comprimés à avaler. Leur présence dans l'intestin du chien peut passer inaperçue mais peut aussi provoquer diarrhée, ballonnements abdominaux, vomissements, poil terne et amaigrissement. En outre, certains sont transmissibles à l'être humain, ce qui justifie une bonne prévention et une bonne hygiène des mains lors de la manipulation des chiens !

Retour de vacances tranquille

 

IV Santé animale : Un retour de vacances serein pour vous et votre chien...

 

Qu'il vous ait accompagné en vacances ou qu'il soit rester chez vous ou en pension, votre chien devra, comme vous, se réadapter à la vie quotidienne lorsque les vacances seront terminées...

 

1) La fin des vacances...

 

Pour la plupart d'entre nous, les vacances permettent de se détendre et d'abandonner, l'espace d'un instant, les règles qui régissent notre quotidien le reste de l'année. Si votre ami canin a eu la chance de partager ces moments privilégiés avec vous, il aura besoin d'une période de réadaptation à son retour. S'il n'a pas pu vous accompagner, la vie sans vous et dans un environnement inhabituel va aussi perturber son quotidien : la joie des retrouvailles passée, il faudra immédiatement reprendre les bonnes habitudes...

 

2) S'il est parti avec vous

 

A votre retour, il est recommandé de poursuivre les traitements préventifs contre les parasites (puces, tiques) qui avaient été entrepris lors de votre départ. En outre, il convient de vérifier consciencieusement l'état de ses oreilles et des yeux, les vacances à la campagne et à la mer prédisposant votre ami aux petites blessures. En effet, le sable peut irriter les yeux, les oreilles ou la peau, notamment entre les doigts. Les coquillages cassés peuvent provoquer de petites coupures et les champs de céréales regorgent d'épillets (petits débris végétaux pointus) qui peuvent se loger dans l'oreille ou dans l'œil et y induire un inflammation sévère.

Il convient également de réhabituer progressivement votre chien à la vie à la maison ou en appartement, après une période de vie en plein air en compagnie presque constante de la famille. Dans ce cadre, de grandes promenades dans la nature lui feront le plus grand bien ! De plus, les vacances sont souvent un moment de détente et d'oubli des habitudes quotidiennes. Il convient de remettre les choses en place dès votre retour afin que votre chien conserve ses bonnes habitudes (dormir hors de votre chambre, manger à des heures fixes...).

 

3) S'il a dû attendre votre retour

 

Si vous n'aviez pas la possibilité de partager vos vacances avec votre ami et qu'il est allé en pension, il est important de réaliser un check-up dès votre retour.

Il convient notamment de vérifier son poids : peut-être a-t-il moins mangé, perturbé par votre absence. A l'inverse, il a pu recevoir un aliment différent ou une quantité plus importante de gâteries ayant occasionné un sur poids. Dans les deux cas, une correction rapide du régime alimentaire sera nécessaire afin que votre ami retrouve son poids idéal. En outre, s'il a reçu un aliment inhabituel durant votre absence, il peut être victime de troubles intestinaux : surveillez ses matières fécales et la présence éventuelle de vomissements. Dès votre retour, il convient également de le traiter contre les parasites (puces, tiques), car la cohabitation avec d'autres animaux dans les pensions peut être une source de contamination de votre chien. Enfin, la gale des oreilles, causée par des acariens, est aussi une affection très contagieuse que votre ami peut contracter de suite à des contacts avec d'autres animaux. Si ses oreilles semblent sales et/ou inflammées, n'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Les interventions chirurgicales

 

V Santé animale : les interventions chirurgicales

 

Stérilisation, détartrage, ablation de tumeur et fracture comptent parmi les nombreux motifs d'intervention chirurgicale que peut subir votre ami canin ou félin. Quelques précautions s'imposent afin que celle-ci se passe avec un maximum de confort et de sécurité pour votre animal.

 

1) Intervention chirurgicale : souvent au moins une fois dans leur vie !

 

Même s'il ne souffrent d'aucune maladie, les chiens et chats font souvent l'objet d'une intervention chirurgicale au moins une fois dans leur vie, notamment lors de la stérilisation des chiennes et des chattes dans un but préventif (tumeurs mammaires, infection de l'utérus...). En outre, les affections dentaires (tartre, dents cassées...), certaines fractures ou encore la présence de tumeurs nécessitent également une chirurgie dans un but curatif.

 

2) A jeun avant l'opération

 

Pour être opéré, votre petit compagnon va devoir être anesthésié. L'anesthésie utilisée sera réalisée par une injection intramusculaire ou intraveineuse et parfois également, à l'aide de gaz anesthésiques, suite à la mise en place d'une sonde dans la trachée de votre ami. Dans tous les cas, il est impératif que votre animal soit à jeun pour l'anesthésie. La veille, vous devrez donc veiller à ce qu'il n'ait accès à aucune nourriture. Votre vétérinaire vous précisera l'heure à laquelle vous devrez ôter les aliments et éventuellement l'eau, en fonction du type d'anesthésie et d'intervention que doit subir votre ami.

 

3) Traitement anti-douleur et antibiotique

 

Avant de procéder à l'opération, votre vétérinaire aura administré à votre chien ou chat un anti-douleur afin que son réveil soit le moins douloureux possible. Si nécessaire, il vous prescrira des comprimés anti-inflammatoires à donner le lendemain et les jours suivants. Vous devrez également donner à votre animal son traitement antibiotique, sous forme de comprimés ou de sirop. Enfin, ne vous inquiétez pas si ses yeux sont humides : lorsqu'ils sont anesthésiés, les animaux gardent leurs yeux ouverts. Votre vétérinaire aura donc pris le soin de mettre une pommade (larmes artificielles) dans ses yeux afin d'éviter un dessèchement de la cornée.

 

4) De retour à la maison...

 

A la maison, placez immédiatement votre chien ou votre chat dans un endroit bien chaud et bien calme. S'il risque de lécher ou mordiller sa plaie, il convient de lui mettre un tee-shirt ou une collerette autour du cou, pour qu'il n'ait pas accès au fils de suture.

Enfin, suivez bien les recommandations de votre vétérinaire avant de ré-alimenter votre ami : de nombreux anesthésique induisent de la nausée et des vomissements et s'il n'a pas été hospitalisé plusieurs jours, il faut parfois attendre quelques heures après son retour à la maison avant de lui donner à manger.

 

5) Le contrôle post opératoire

 

Votre vétérinaire informera de la date du contrôle post opératoire en vous rendant votre ami. S'il a des sutures irrésorbables, elles doivent en général être retirées 10 jours après l'opération. Si elles sont résorbables, elles disparaîtront d'elles-mêmes.

Cancers : il y en a pour les chiens et les chats aussi

 

III Santé des animaux : cancers des chiens et chats domestiques

 

Les chiens et les chats ne sont malheureusement pas épargnés par le cancer. Plus fréquent chez les animaux âgés, il se manifeste souvent par un amaigrissement, l'apparition de grosseurs ou encore de différents symptômes en fonction de l'organe atteint (vomissements, anémie...).

 

1) Tumeurs et cancers des chiens et chats

 

Tous les organes des chiens et chats peuvent devenir un jour le siège d'une tumeur. Cette dernière est le résultat d'une prolifération anormale des cellules. Chez nos carnivores domestiques, l'origine de cette prolifération anormale est rarement connue, à l'exception de certains cas (virus de la leucose féline, prise de médicaments contraceptifs...). Il est important de bien faire la distinction entre deux types de tumeurs : les tumeurs bénignes qui peuvent grossir localement et parfois s'ulcérer et les tumeurs malignes, encore appelée cancers, de pronostic généralement plus sombre, qui ont la faculté de produire des métastases, consistant en des cellules tumorales se détachant de la tumeur primaire et allant envahir d'autres organes par voie sanguine ou lymphatique.

 

2) Quelques exemples de cancers

 

Il existe de très nombreux cancers pouvant atteindre différents organes des chiens et chats. Parmi les plus fréquents on le mastocytome, une tumeur de la peau plus souvent rencontrée chez les vieux boxers, labradors, et terriers. Elle se présente souvent sous la forme d'un ou plusieurs nodules sur la peau. Des troubles digestifs, nerveux ou de l'anémie peuvent l'accompagner. Certains mastocytomes sont bénins mais d'autres métastases provoquent la mort de l'animal en quelques mois. Les mamelles des chiennes et des chattes non stérilisées et donc soumises à l'activité hormonale de l'ovaire et l'hypophyse peuvent également être le siège de cancers, plus fréquents encore lors de prise de traitements contraceptifs.

En outre, FELV, un virus infectant les chats, est capable d'entraîner la transformation maligne des cellules qu'il infecte et de provoquer l'apparition de lymphosarcome (cancer atteignant notamment la moelle osseuse et les ganglions lymphatiques) et de leucémies. Enfin, des organes tels que la rate, le foie et les os peuvent aussi être le siège de cancers qui ne laissent malheureusement fréquemment qu'une espérance de vie limitée à quelques mois.

 

3) Des traitements pour augmenter l'espérance de vie...

 

Lorsque cela est possible, l'ablation chirurgicale de la tumeur maligne est généralement conseillée. Elle permet de faire analyser la tumeur et de déterminer notamment sa nature et son stade de développement. Dans de rares cas, ce traitement suffit à guérir l'animal même si des récidives sont toujours possibles. Parfois, le traitement du cancer passe par la chimiothérapie et/ou la radiothérapie consistant en l'explosion de la tumeur à des radiations ionisantes par voie locale ou via l'injection de composés radioactifs. La radiothérapie est coûteuse et il existe peu de centres vétérinaires la pratiquant.

En outre, les corticoïdes sont utilisés pour réduire l'inflammation et la douleur souvent présentes. Enfin, certains fabricants d'aliments spécialisés propose un régime spécial riche en matières grasses et appauvri en glucides, particulièrement recommandé pour les chiens atteints de cancer.

Votre chien et la neige

 

II Votre chien est-il prêt à affronter l'hiver ?

 

Tous les chiens ne réagissent pas de la même manière lorsque l'hiver et le froid font leur apparition. Certains d'entre eux peuvent tomber malade suite à un coup de froid. Votre ami est -il prêt à affronter cette saison ?

 

1) Votre chien est-il prêt à affronter le froid ?

 

La résistance au froid dépend notamment de la race à laquelle appartient votre chien. En effet, les races nordiques comme le Husky sibérien, le Malamute d'Alaska ou la montagne des Pyrénées sont bâties pour résister au froid et possèdent un poil et un sous poil épais et abondants.

 

A l'opposé, les Chihuahuas, Yorkshires, et Bichons par exemple, ont un pelage moins abondant et leur petite taille les rend plus sensibles.

 

L'âge du chien influence aussi sa résistance au froid, les animaux très jeunes et les « Séniors »étant en général plus fragiles.

 

Les animaux maigres craignent aussi plus le froid que les chiens ayant un embonpoint normal. De plus, les animaux obèses ont souvent plus de difficultés à bouger et sont donc parfois plus frileux.

 

Enfin, le mode de vie du chien exerce une grande influence sur sa capacité à affronter le froid : un chien citadin vivant toute l'année à l'intérieur va être plus sensible aux variations de températures qu'un animal passant la majeure partie de son temps à l'extérieur.

 

2) Comment protéger votre chien en hiver ?

 

Si votre chien vit principalement avec vous dans la maison et ne sort que pour ses balades quotidiennes, son alimentation peut rester constante toute l'année. Cependant, si votre ami demeure la majeure partie de son temps à l'extérieur, vous devez lui offrir une alimentation beaucoup plus riche, ou augmenter sa ration habituelle de 15 à 20 %.

En effet, il a besoin de beaucoup plus d'énergie pour maintenir sa température corporelle que lorsque les températures sont clémentes.

 

Si vous possédez un chien dont le pelage nécessite un toilettage régulier, limitez les séances en hiver et demandez une coupe plus longue afin que votre ami conserve un maximum de pelage isolant.

 

Enfin, s'il est particulièrement frileux ou sujet aux infections respiratoires, n'hésitez pas à lui offrir un manteau afin de rendre ses sorties hivernales plus confortables.

 

3) Promenades dans la neige...

 

Lorsque tombent les premiers flocons de neige, la plupart des chiens aiment courir et jouer dans cette substances douce et froide. Un grand nombre d'entre eux n'ont besoin d'aucun soin particulier avant une promenade enneigée, mais quelques individus doivent porter un manteau afin de couvrir leur peau qui peut être sujette aux engelures.

 

Lorsque les sorties dans la neige sont longues et fréquentes ou avant un voyage en montagne, un soin pour les coussinets est parfois aussi nécessaire. Il s'agit d'un produit tannant qu'il convient d'appliquer plusieurs fois par semaines avant l'exposition au gel et qui permet de durcir et renforcer les coussinets pouvant être victime de fendillements et de blessures.

Enfin, lors des promenades dans la neige, veillez à ce que votre ami n'en ingère pas en trop grande quantité (cela pourrait provoquer une inflammation de l'estomac accompagnée de vomissements). Après chaque promenade dans la neige, tous les chiens doivent faire l'objet d'un séchage minutieux afin d'éliminer toute l'eau et la glace emprisonnées dans le poil.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×